Par Danielle Olsen 

Ruscirene Dinanga était inscrite au Southern Maine Community College depuis plus d’un an, suivant des cours à temps partiel – tout en ayant un emploi à temps plein à la banque cPort Federal Credit Union et un autre comme interprète en portugais pour Catholic Charities Maine – lorsqu’elle a entendu parler du nouveau programme de bourses d’études gratuites du Maine. Le fait de cumuler plusieurs emplois en plus des cours à l’université était trop lourd – elle avait à peine le temps de faire les courses, et encore moins de s’asseoir pour manger. Elle a décidé de faire une demande.

Pour être admissibles, les étudiants doivent vivre dans le Maine pendant leur inscription, avoir un diplôme d’études secondaires ou un équivalent obtenu entre 2020 et 2023, et s’inscrire à temps plein dans un programme de diplôme “associate degree” ou un programme de certificat d’un an dans l’un des sept community colleges du Maine. Ils doivent également accepter toutes les subventions fédérales et subventions de d’État et les dispenses de frais de scolarité qui leur sont proposées. L’initiative Free College est disponible grâce à une allocation de 20 millions de dollars pour la gratuité des études dans le budget supplémentaire du Maine signé en avril par Gouverneur Janet Mills. L’objectif est de permettre aux étudiants de bénéficier d’une éducation gratuite dans un community college, sans avoir à s’endetter, alors qu’ils commencent à travailler pour leur carrière.

Mme Dinanga a déclaré que la candidature était très facile et que, même sans carte verte, elle était éligible. Elle a dû remplir un formulaire d’aide financière, et elle a dit que les personnes du bureau du community college l’ont guidée et ont rendu le processus aussi simple que possible pour elle.

Margarida Celestino, une autre étudiante de SMCC qui étudie à temps plein avec l’aide de la bourse Free College, a vécu une expérience tout aussi facile. Elle a déclaré que remplir la demande prenait moins de cinq minutes – peut-être même une seule minute – et ne nécessitait que les informations les plus élémentaires. Celestino est une demandeuse d’asile, et n’a donc pas droit à l’aide fédérale (FAFSA), ni à la plupart des programmes de bourses d’études.

Auparavant, Celestino s’était renseignée sur le programme TRIO, qui aide les Américains à faibles revenus à payer leurs études. Cependant, elle a découvert que ce programme ne bénéficie pas aux personnes sans carte verte. Elle a essayé de gérer ses cours toute seule, mais s’est aperçue que c’était impossible, et venait d’informer son conseiller qu’elle devait abandonner ses cours lorsqu’elle a appris l’existence du programme de bourses d’études gratuites.  

Le programme est arrivé au moment précis où Celestino en avait besoin, dit-elle. Elle était inscrite à l’université dans l’État de New York, mais elle est tombée malade et a dû renoncer à une bourse complète. Elle avait peur de ne plus jamais avoir accès à l’université. “L’université gratuite était une telle bénédiction. C’était magnifique. J’ai dû malheureusement passer à côté d’une opportunité incroyable à cause de ma propre santé, et puis après, il y avait cette opportunité incroyable d’avoir une autre chance.”

Lorsque Dinango a reçu les fonds pour l’inscription gratuite, elle a senti un lourd poids s’envoler de ses épaules. “Soit vous avez le temps, soit vous avez l’argent. J’avais les moyens de payer [l’université] avec le travail que je faisais, mais je n’avais pas le temps de faire autre chose. Maintenant, je peux avoir du temps à la fois pour mes cours et pour moi-même”, a-t-elle déclaré. En plus de l’université à plein temps, elle travaille toujours comme interprète et comme spécialiste du soutien direct – mais ces deux emplois ont des horaires flexibles, ce qu’elle trouve gérable. Il est toujours difficile de joindre les deux bouts, mais pas comme avant, dit-elle. “Ma grand-mère dit toujours : “Avant que la vie ne devienne facile, elle devient un peu plus difficile. ”

De même, Celestino, qui travaille également à côté pour payer ses factures, a déclaré qu’avec l’accès à l’université gratuite, elle ne doit pas travailler autant d’heures en dehors de l’école qu’avant. Cela lui donne plus de temps à consacrer à l’école tout en ayant plus de temps pour la vie quotidienne et les rencontres avec ses amis. “Ce programme de bourses me permet de faire de bonnes études sans avoir à me surmener pour les payer”, a-t-elle déclaré.

Elle avait prévu de suivre un ou deux cours à la fois, tout en travaillant pour payer chaque crédit. Mais maintenant, elle peut être inscrite comme étudiante à temps plein et suivre quatre ou cinq cours à la fois, sans avoir à payer pour chaque cours individuellement. Cela lui enlève un énorme poids financier.

Selon M. Dinango, les étudiants bénéficiant d’une bourse Free College ne sont pas obligés de suivre tous les cours à temps plein chaque semestre. L’obligation de suivre des cours à plein temps est annuelle, mais les étudiants peuvent surcharger les crédits d’un semestre afin de suivre un programme plus léger le semestre suivant.

Actuellement, elle est inscrite dans un programme d’architecture et prévoit d’obtenir un diplôme “associate degree”. Le fait d’avoir accès à l’université gratuite lui permet maintenant de travailler pour devenir financièrement stable. “C’est une opportunité pour moi de faire ce diplôme gratuitement ! Cela me rend plus apte à aller dans une université pour obtenir [éventuellement] mon Master et être financièrement prête pour ce qui va suivre.”

Celestino prévoit d’utiliser son diplôme “associate degree” en sciences de la santé comme crédits de transfert dans un programme de “bachelor’s degree” de quatre ans pour devenir assistant de médecin. “Sans cette bourse d’études gratuites, il serait beaucoup plus difficile d’entrer directement dans un programme de quatre ans, car je ne suis pas admissible au programme FAFSA. Cela signifie que je peux commencer mes études gratuitement, économiser de l’argent pour l’étape suivante et entrer plus tard dans une école de quatre ans.”

Dinango espère que d’autres personnes profiteront de ce programme, qui doit prendre fin avec les diplômés de 2023 . Beaucoup de ses camarades, qui arrivent à l’âge adulte pendant les années de pandémie, ont envisagé des années de pause entre le lycée et l’université, mais elle espère qu’ils n’attendront pas pour aller à l’université. Celestino est d’accord. “Il y aura plus d’opportunités d’emploi avec un diplôme en main”, a-t-elle déclaré. “Les étudiants devraient profiter de cet accès gratuit, travailler dur pendant deux ou trois ans et obtenir ce diplôme pour commencer un avenir réussi.”

Pour plus d’informations, ou pour postuler à cette opportunité gratuite, visitez www.mccs.me.edu/freecollege/.