By Eddy-Claude Nininahazwe

Le président de la République a promulgué une loi instaurant une journée nationale dédiée au Patriotisme, une journée qui sera célébrée tous les 8 Juin de chaque année. Cette date n’est pas un fait de hasard car elle coïncide avec la mort du Président Pierre NKURUNZIZA le 8 juin 2020.

Dans cette loi, le défunt président est élevé à titre Posthume au rang de Guide Suprême du Patriotisme. Une élévation controversée au sein de la classe socio politique burundaise. L’opposition s’indigne, la société civile quant à elle parle d’un président Traître plutôt qu’un Guide Suprême.

— Bigirimana

Une loi promulguée à la veille de la commémoration d’une année ferme de la disparition inopinée du Président en exercice Pierre Nkurunziza.

Dans son article 3, la loi qui octroi le titre de Guide Suprême dispose que le Président Pierre NKURUNZIZA est élevé au rang de Guide Suprême du patriotisme en guise de reconnaissance de son engagement, de son dévouement exceptionnel à la défense de la souveraineté nationale, à l’éveil de la conscience des burundais en se basant sur la primauté de Dieu, valeur ancestrale du Peuple burundais et à l’amour de la Patrie.

President Evariste Ndayishimiye

Commémoration de la journée nationale du Patriotisme
Habillé en pagne portant l’effigie du défunt président, Evariste Ndayishimiye a présidé les festivités marquant la journée nationale du patriotisme comme le dispose la loi instituant cette journée et premier anniversaire de la mort du président en exercice Pierre Nkurunziza.
Les festivités ont eu lieu à Gitega dans la capitale politique au centre du pays sur la tombe de Feu Président NKurunziza érigé dans le quartier Musinzira.
Dans son discours, le président Ndayishimiye a appelé les Burundais à s’atteler aux travaux de développement pour lutter contre la pauvreté, une approche pour consolider le patriotisme selon lui.
Il a aussi demandé à la population de consolider la paix, la sécurité et la cohésion sociale entre les différentes composantes du peuple burundais.
Le président Evariste Ndayishimiye a promis la construction d’un centre de formation en patriotisme dans les enceintes de la parcelle qui abrite la tombe du Président défunt.

Guide Suprême, un titre honorifique controversé
L’opposition parlementaire ne digère pas l’octroi du titre de Guide suprême à une personne qui est morte. Agathon Rwasa, Président du parti du Congrès National pour la Liberté CNL (le deuxième dans les élections de mai 2020) n’a pas voté le projet de loi portant octroi le titre de Guide Suprême à feu Président Pierre Nkurunziza. Comme ses collègues parlementaires issus de son parti CNL, Agathon RWASA explique que la date du huit juin devrait rappeler aux burundais qu’il ya un président qui s’est terré sur le fauteuil présidentiel pendant de longues années plus que les autres et en violation de la Constitution issue de l’Accord d’Arusha pour la paix et la réconciliation entre les burundais. Pour Agathon Rwasa, personne n’aime plus que l’autre sa patrie. « Chacun dans son intérieur aime son pays, mais des politiques veulent montrer qu’il y a des citoyens plus patriotes que les autres. La journée du Patriotisme ne diffère pas de la journée du 1er juillet date à laquelle les burundais ont chèrement acquis l’indépendance ». « Ceux qui ont contribué à l’acquisition de l’indépendance en 1962 méritent d’être des patriotes.» insiste Agathon RWASA, chef de l’opposition parlementaire.

 

L’opposition radicale quant à elle , trouve que la promulgation de la loi portant octroi du titre honorifique à Feu Président Pierre Nkurunziza est une preuve de plus que le parti CNDD FDD s’inscrit une fois de plus dans la logique de l’apologie du crime, de la consécration du règne de l’impunité et de la sacralisation de l’arbitraire et de la tyrannie. Pour Frédéric BAMVUGINYUMVIRA, président de la Coalition des Forces de l’opposition politique burundaise pour le Rétablissement de l’Accord d’Arusha (CFOR-ARUSHA), c’est également une manœuvre fallacieuse et éhontée de vouloir exonérer Feu Pierre Nkurunziza des nombreux et graves crimes de sang et économiques dont il s’est rendu coupable tout au long de son règne.

Le règne de Pierre Nkurunziza, quinze ans de tragédie Pour la société civile, le règne de Pierre Nkurunziza a été marqué par des éliminations des opposants politiques ciblées. Pacifique Nininahazwe, président du Forum pour la conscience et le développement, cite la date du 8 juin comme une date de recueillement pour de nombreuses victimes sous le règne de Pierre Nkurunziza. Une occasion de demander justice pour des victimes du régime Nkurunziza. « Le Régime de Pierre Nkurunziza a été caractérisé par des tragédies depuis 2005 à 2015 bien que durant les régimes précédents, il y ait eu aussi des tragédies » nuance Pacifique Nininahazwe .

Frédéric Bamvuginyumvira, president of Cfor Arusha)

Maitre Janvier Bigirimana de l’organisation « Tournons la Page », lui rappelle que de grandes décisions, y compris celles qui ont débouché sur des violations graves des droits de l’homme, n’étaient pas prises par le Gouvernement, mais plutôt par Pierre Nkurunziza entouré d’un cercle restreint de «généraux» et cette gouvernance parallèle a débouché sur des catastrophes dans tous les secteurs de la vie nationale. « Nous considérons que c’est à la fois honteux et osé que le pouvoir en place entreprend des sales méandres visant à ériger une personnalité controversée au rang d’un héros. C’est plutôt un traître eu égard aux malheurs que continue à subir le peuple burundais à la suite de ses boulimies, son égoïsme et son incapacité à servir dignement le peuple burundais.» Conclut Maître Janvier Bigirimana.
Rappelons que Feu Président Pierre Nkurunziza s’est éteint le 8 juin 2020 à Karusi, au centre Est du Pays, dans un déni total de l’existence de la pandémie du Covid 19 dans le pays.