Conduire pour Uber, Lyft et d’autres services de covoiturage peut être un excellent moyen de gagner un revenu. Mais quiconque envisage de conduire pour le compte d’autrui doit d’abord comprendre comment cela fonctionne par rapport à l’assurance automobile. Comme les services de location de voitures ne possèdent ni ne gèrent les véhicules, ils ne considèrent pas les conducteurs comme des employés. Par conséquent, toute personne conduisant pour ces services est considérée comme un entrepreneur indépendant, ce qui signifie que l’entreprise n’est pas responsable des dommages financiers que le conducteur peut subir, y compris les dommages matériels (le plus souvent à d’autres véhicules) et les dommages corporels (à d’autres conducteurs, passagers ou piétons).

En général, tout service effectué à des fins lucratives nécessite une assurance commerciale, plutôt qu’une assurance personnelle, et un assureur fournit une couverture dont les primes sont basées sur le risque d’avoir un accident et de faire une réclamation – un risque plus élevé signifie un prix plus élevé. Le risque est beaucoup plus élevé lorsque l’on conduit pour le compte d’autrui, simplement parce que le temps passé sur la route et les kilomètres parcourus sont plus importants, ce qui augmente donc les risques d’accident. Cependant, la plupart des conducteurs d’Uber et de Lyft n’ont pas les moyens de souscrire à une assurance commerciale et ne le font pas.

Alors, qu’arrive-t-il à un conducteur qui cause un accident alors qu’il conduit pour le compte d’autrui ?
La personne blessée fait une demande d’indemnisation auprès de l’assurance automobile personnelle du conducteur – pour les dommages matériels, les dommages corporels, ou les deux. Le service des sinistres de la compagnie d’assurance enquête et, lorsqu’il découvre que le véhicule était conduit pour le compte d’autrui, il refuse alors la demande. De plus, de nombreuses compagnies annuleront également la police d’assurance du conducteur parce que la personne qui conduit pour le compte d’autrui n’a pas respecté les conditions du contrat d’assurance. Le conducteur devra payer de sa poche les dommages corporels et les blessures, et devra également réparer sa voiture à ses propres frais.

Quelle est donc la solution ?
Certaines compagnies d’assurance automobile personnelle ont apporté une réponse. Bien qu’elles ne couvrent pas la conduite pour le compte d’autrui dans leurs polices, elles ont créé un avenant- un document annexé à la police d’assurance qui a pour objet d’ajouter une garantie- qui peut être ajouté à une police, moyennant une légère augmentation de la prime, et qui étend la couverture de la responsabilité civile à l’usage commercial. Toute personne conduisant pour le compte d’autrui doit faire figurer cet avenant sur sa police, faute de quoi elle s’expose aux conséquences décrites ci-dessus en cas d’accident. Par conséquent, si vous conduisez pour Uber, Lyft ou tout autre service de transport pour compte d’autrui, il est impératif de vérifier auprès de votre assureur automobile que votre police comporte cet avenant.