Par Amy Harris 

Aux Etats-Unis, Mars est le mois national de sensibilisation à la nutrition  

Où que l’on soit né dans le monde, manger de manière nutritive contribue à une bonne santé. Les préférences alimentaires varient selon les cultures, mais certaines vérités sont valables au-delà des frontières culturelles. Les scientifiques s’accordent à dire qu’une alimentation saine contient un mélange de protéines (viandes, poissons, haricots ou produits laitiers), de graisses (huiles), de glucides (pommes de terre, fufu, pain, riz), de légumes, de fruits, de vitamines, de minéraux et d’eau. Faire des choix alimentaires sains et choisir des boissons saines tout au long de la vie peut contribuer à prévenir ou à ralentir le développement de maladies chroniques (à long terme) telles que les accidents vasculaires cérébraux, le diabète, les maladies cardiaques, l’hypertension artérielle, le cancer et l’obésité. S’installer dans un autre pays présente des difficultés : les ingrédients familiers ne sont pas toujours disponibles, et les nouveaux choix d’aliments et de boissons peuvent ne pas s’avérer nutritifs. Alors comment un nouvel arrivant peut-il savoir quoi manger ?

Conseils pour une alimentation saine 

Le gouvernement américain exige l’apposition d’étiquettes nutritionnelles sur la plupart des aliments préparés, afin de s’assurer que les aliments sont sûrs et nutritifs et d’aider les gens à faire des choix alimentaires judicieux. Les étiquettes des aliments sont semblables aux panneaux routiers, qui empêchent les voyageurs de se perdre. La lecture des étiquettes nutritionnelles des aliments aide les gens à faire des choix alimentaires intelligents et à rester en bonne santé.

Les principaux éléments à noter sur les étiquettes sont : la taille des portions, les calories, les sucres ajoutés, les graisses saturées, les graisses trans et le sodium (sel). Pour atteindre ou conserver un poids santé, la taille de la portion ou la portion est tout aussi importante que le type d’aliment lui-même. La consommation d’aliments contenant des quantités élevées de graisses saturées et trans, de sel et de sucres ajoutés peut augmenter le risque d’obésité, de diabète, d’hypertension artérielle et de maladies cardiaques, toutes des maladies courantes aux États-Unis. Ces types d’aliments comprennent les chips, les bonbons et les fast-foods. Les sodas (non light) et les jus de fruits contiennent beaucoup de sucre, et les sodas light contiennent des édulcorants artificiels et des additifs alimentaires ; l’eau est donc le meilleur choix pour la santé.

TConseils pour une alimentation saine 

  1. Visez à prendre 5 portions de fruits et légumes par jour.
  1. Remplissez votre assiette d’aliments variés et colorés.
  1. Mangez des aliments frais plutôt que des aliments emballés ou préparés.
  1. Mangez des aliments traditionnels de votre propre culture
  1. Faites une liste de courses pour vous aider à choisir des aliments plus sains.
  1. Cuisinez des plats faits maison et choisissez des recettes saines
  1. Dans la mesure du possible, mangez avec d’autres personnes à la maison

Des aliments traditionnels nutritifs 

Les immigrants de première génération sont souvent en meilleure santé que les personnes de même origine nées aux États-Unis. Les scientifiques s’accordent à dire que cela peut s’expliquer par le fait que certains éléments du régime alimentaire occidental contribuent au déclin de la santé, notamment les aliments transformés et les fast-foods, ainsi que le mode de vie nomade. Selon les recherches, plus les immigrants passent de temps dans ce pays, plus ils sont susceptibles de souffrir de surpoids, de diabète et d’hypertension artérielle. Le fait de s’en tenir aux traditions culturelles et aux aliments de son pays d’origine permet non seulement de survivre au choc culturel et de perpétuer les traditions, mais aussi d’améliorer sa santé.

Nous avons l’habitude des grands repas où tout le monde est assis ensemble, et nous pensons que la nourriture est meilleure lorsqu’elle est partagée. Le canjero est un aliment culturel, et trouver les bons ingrédients reste un véritable défi. Ma mère et ses amies ont fait différentes expériences pour trouver les bons ingrédients afin d’imiter notre plat culturel

Usira A., une étudiante somalienne de 21 ans

L’insécurité alimentaire 

Le taux d’insécurité alimentaire du Maine est pire que la moyenne nationale. L’État se classe cinquième au niveau national pour les taux de sécurité alimentaire très faibles. L’insécurité alimentaire signifie l’absence d’un accès constant à suffisamment de nourriture pour que chaque personne dans une famille puisse mener une vie active et saine. Ce type grave d’insécurité alimentaire touche actuellement plus de 31 000 familles du Maine.

La pandémie a accru l’insécurité alimentaire des familles avec enfants, ainsi que des communautés de couleur, selon Feeding America, une organisation caritative nationale de lutte contre la faim. Et ces deux groupes de personnes étaient déjà confrontés à la faim à des taux beaucoup plus élevés que les autres groupes avant la pandémie. L’emploi, l’éligibilité à des services tels que le Supplemental Nutrition Assistance Program (SNAP), l’accès aux transports, le logement et la maîtrise de la langue ne sont que quelques-uns des déterminants sociaux de la nutrition dans le Maine, les facteurs structurels et le racisme systémique augmentant la difficulté d’accès à l’aide pour certains. Par exemple, Feeding America a signalé qu’à l’échelle nationale, les enfants hispaniques et leurs familles sont moins susceptibles de recevoir des prestations SNAP que les enfants blancs non hispaniques ou afro-américains.

Les habitants du Maine travaillent à améliorer l’alimentation des personnes dans le besoin 

Des organisations basées dans le Maine travaillent de manière innovante pour célébrer et préserver les traditions alimentaires culturelles nutritionnelles et mettre fin à la faim dans le Maine. Maine SNAP-Ed, qui fournit des services d’éducation nutritionnelle aux habitants du Maine à faible revenu, a mis au point une version en langue somalienne de My Plate, un diagramme visuel du ministère américain de l’agriculture (USDA) représentant une assiette divisée en cinq groupes alimentaires, afin d’aider les gens à faire des choix alimentaires sains. Et In Her Kitchen, un programme de l’organisation à but non lucratif In Her Presence, encourage les femmes à valoriser les aliments traditionnels de leur pays d’origine.

La banque alimentaire Good Shepherd a mis en place plusieurs initiatives, notamment en investissant dans plus de 70 producteurs et transformateurs de denrées alimentaires appartenant à des membres de communautés de couleur ; en élargissant le programme Mainers Feeding Mainers et, plus récemment, en installant une nouvelle barre d’outils sur le site Web, sous l’onglet “Accessibilité et langue”, qui traduit son site Web dans plus de 100 langues, dont 35 sont activées pour la lecture audio des écrans. Voir www.gsfb.org/#reciteme.

Après quatre mois de travail en tant que Responsable de l’Impact Communautaire du Good Shepherd, Khadija Ahmed a travaillé dans des abris, des banques alimentaires et les systèmes scolaires de Portland et Westbrook. Elle et son collègue Marpheen Chann travaillent avec la banque alimentaire de Good Shepherd et ses partenaires pour fournir des aliments culturellement appropriés qui aident les immigrants à se sentir chez eux.

Dans les écoles… Nous élaborons des recettes et essayons de trouver un juste milieu – comme servir du riz rouge, mais avec des épices africaines ou afghanes….. De cette façon, nous pouvons changer les esprits dès le plus jeune âge, aider les autres enfants à accepter les enfants de couleur, et ainsi l’avenir est meilleur… éliminer les barrières dans les esprits par la nourriture

Khadija Ahmed

Une alimentation plus saine signifie des communautés plus saines 

Une alimentation saine ne signifie pas qu’il faille éliminer les aliments préférés de son pays d’origine – surtout pendant la phase d’adaptation à la vie dans une nouvelle culture. L’objectif est plutôt d’utiliser des conseils pour une alimentation saine tout en continuant à préparer et à déguster des aliments sains de sa culture, à la maison, en famille ou entre amis. Ces aliments sont plus qu’une source de nourriture ; ils contiennent des souvenirs, apportent de la joie, sont liés à la famille et constituent une part importante de l’identité.