Certains après-midis de la semaine, les salles communautaires de la bibliothèque de Lewiston et de plusieurs quartiers de Lewiston et d’Auburn sont remplies d’enfants, de musique, et d’art visuel. Une organisation mobile de thérapie avec l’art, la vision de Art Van est d’offrir un environnement créatif et collaboratif pour les jeunes qui ont un accès limité aux activités artistiques. Ces activités encouragent les enfants à exprimer pleinement leurs imaginations, leurs relations, et leurs expériences non seulement pour eux-mêmes, mais aussi avec leurs camarades, et à travers leurs communautés. La plupart de ces enfants qui sont dans les programmes de Lewiston et d’Auburn sont d’origine africaine, surtout somalienne.
La directrice du programme, Jamie Silvestri, est une thérapeute en art expressif qui avait démarré Art Van à Bath en 2004, en collaboration avec le bureau de développement de la communauté de la ville de Bath. L’objectif était d’offrir aux quartiers sous développés en ressources un programme d’art-thérapie afin d’enrichir les vies des jeunes de la région qui n’avaient pas accès aux programmes sociaux et à des activités de récréation. Encouragé par une forte participation, des participants enthousiastes, et des parents reconnaissants, Art Van a continué à offrir ses services pendant 15 ans, grâce au soutien de la communauté et de la fondation. Art Van offre maintenant des programmes gratuits l’après-midi après l’école et aussi en été à Bath, Brunswick et Biddeford, et, depuis 2006, à la bibliothèque publique de Lewiston et dans le “quartier aux rues ombragées” ainsi que dans les quartiers de Family Development et Broadview Acres d’Auburn depuis 2008. Art Van offre aussi un programme dans les écoles publiques de Lewiston et d’autres organisations dans le sud du Maine. Même si art-thérapie est au départ un projet sérieux, on s’amuse beaucoup pendant les sessions. “On faisait un projet de création d’un instrument et un de nos internes est un musicien de Bowdoin College,” dit Mademoiselle Silvestri. “On apporte toujours notre tambour avec nous. Les enfants ont vraiment commencé à apprécier la musique. Alors, la semaine suivante, notre interne a apporté sa guitare. On a fini par avoir de la musique, et les enfants jouaient du tambour et créaient de l’art visuel en même temps. C’était si amusant et communautaire. Les enfants se sont vraiment sentis unis grâce à ces diverses formes artistiques. Les enfants sont attirés par le tambour. Et parfois, on renverse la poubelle, et on partage ça. C’est une chose amusante à faire l’été, et tout le monde peut venir nous rejoindre”
Art Van part du principe que créer de l’art encourage la réflection personnelle, la conscience de soi, l’auto-régulation et l’engagement, qualités qui sont toutes enracinées dans le besoin humain de communiquer et d’apprendre. Les programmes servent les garçons et les filles, âgés de 3 à 18 ans, de tous genres et talents. A travers l’art, les jeunes peuvent découvrir de nouvelles relations et significations parce que l’art assure un débouché sûr et tangible pour les pensées et les sentiments cachés en nous. Avec des thèmes importants comme Qui suis-je, Qu’est-ce qui m’apporte la paix, et Quels sont mes rêves, Art Van encourage la jeunesse à partager ses espoirs et ses objectifs avec le groupe. Chaque semaine, Art Van apporte un nouveau thème pour inspirer les enfants à créer un nouveau projet et découvrir une nouvelle technique, et on dit aux enfants, “Vous pouvez utiliser cette idée et faire ce que vous voulez.” Les enfants aiment avoir cette liberté de pouvoir choisir comment faire leur projet, et cela les aide à gagner de la confiance en eux alors que Art Van célèbre leurs talents et leur créativité respective. Leurs programmes aident les jeunes à commencer à se voir, ainsi que leurs camarades du même âge, et leurs communautés, d’une manière différente. Travailler afin de créer une image, une danse, un spectacle, ou une pièce écrite demande de la discipline et de la communication avec les autres, et exige que l’on prenne le risque d’essayer quelque chose de nouveau et d’extraordinaire.
Un après-midi dans le quartier de Broadview Acres à Auburn, les enfants travaillaient avec de l’argile. Alors que John, un garçon euro-américain, transformait son argile d’une créature à une autre, il racontait qu’il étudiait le Yemen dans sa classe de 4h grade. John avait été triste d’apprendre que les enfants au Yemen souffraient de famine. La créature en argile qu’il a fini par créer était une licorne magique qui pourrait voler et apporter à manger aux enfants au Yemen.
Le même jour, un garçon nommé Abduramon qui avait rejoint le groupe parlait en arabe à son frère ainé qui l’avait amené. John a immédiatement demandé, “Quelle langue parles-tu?”
Abduramon a répondu, “Arabe.” “C’est la langue que les gens parlent au Yemen.”
Une fois que tout le monde eut fini son travail artistique et que les enfants aient tous partagé leur projet respectif, Aburamon remplit le sac à dos de John avec la “nourriture” en argile qu’il avait fait. John a fait alors voler sa licorne dans le ciel pour livrer la nourriture aux enfants affamés du Yemen. Puis John dit, “Ils rapportent de la nourriture pour que tu la goûtes.” Dans la salle, les enfants ont partagé la “nourriture”, et toute le monde souriait et riait. Ce sont des histoires comme celle-ci qui ont lieu chaque jour pendant les sessions de Art Van. Les enfants se rapprochent et apprennent ensemble à se connaître. Grâce à Art Van, ils apprennent comment exprimer leurs émotions d’une façon qui les aides à réfléchir et à faire face à des choses qui se passent dans leurs vies et autour d’eux.