Par Jean Damascene

Dr Hawa Abdi, affectueusement appelée Mama Hawa, était une gynécologue à laquelle on attribue le mérite d’avoir sauvé la vie de dizaines de milliers de personnes sur une période de plusieurs décennies. Sa carrière s’est déroulée sur les mêmes 30 années que la guerre civile qui a ravagé son pays. Dr Abdi est décédée le 5 août 2020 à Mogadiscio, à l’âge de 73 ans, et son décès a été largement commémoré.

Ayant étudié la médecine grâce à une bourse d’études dans l’ancienne Union Soviétique, Dr Abdi a été l’une des premières femmes somaliennes à le faire. Elle a également obtenu un diplôme de droit à l’Université Nationale de Somalie. Elle a ensuite fondé une petite clinique dans son village natal. Lorsque la guerre civile a éclaté en 1990 et a menacé de déchirer le pays, Dr Hawa est restée en Somalie et a progressivement transformé sa clinique en un hôpital de 400 lits qui a traité des enfants, des femmes et des hommes. Elle a aidé tout le monde, des victimes de la guerre aux mères en couches. Elle a également construit une école pour les femmes et une école d’agriculture.

Dans un pays ravagé par les divisions ethniques, Dr Abdi aurait établi la norme : elle a traité tout le monde de la même manière, quelle que soit son origine ethnique. Elle a été nominée pour le Prix Nobel de la Paix en 2012 et a reçu de nombreuses récompenses au cours de sa vie, dont un Doctorat en Droit de l’Université de Harvard. Deux de ses enfants sont aujourd’hui médecins, et l’un d’eux dirige l’hôpital fondé par Dr Abdi.

Le président de la Somalie, Mohamed Abdullahi Mohamed, a décrit Dr Abdi dans un post sur Facebook comme quelqu’un qui a « une place en or dans l’histoire de la Somalie… On se souviendra de son travail en temps de crise ». Glamour Magazine a décrit Dr Abdi et sa fille médecin en 2010 comme « les saints de la Somalie », les comparant à Mère Teresa.

Deqa Dhalac, née en Somalie et aujourd’hui citoyenne américaine, vivant dans le Maine, dit qu’elle apprécie beaucoup les services rendus par Dr Hawa Abdi à la Somalie. « Son courage pour faire face à la guerre et rester dans le pays – mettant sa vie en danger pour aider des milliers de personnes vulnérables – est inestimable. Beaucoup d’entre nous lui doivent une énorme dette de gratitude pour la différence qu’elle a faite pour tant de personnes », a déclaré Dhalac, ajoutant que l’attitude de Dr Abdi l’avait inspirée à s’efforcer également d’être une voix pour les sans-voix.

Le New York Times a rapporté qu’en 2010, son hôpital avait été repris par des militants islamiques. Après avoir pillé l’endroit, ils ont essayé de la faire quitter le centre, mais elle a refusé et a tenu bon. Un post sur Facebook du Musée somalien du Minnesota dit : « Dr. Hawa Abdi est un héros pour des millions de personnes dans le monde, et son héritage ne sera jamais oublié ».