Le gouverneur de Nairobi accusé de corruption- Un exemple pour le continent?

Le 6 décembre dernier, les médias africains ont annoncé que Mike Sonko, le gouverneur de Nairobi, la capitale du Kenya, avait été arrêté après avoir été accusé de corruption, probablement pour tenir la promesse faite par le Président Uhuru Kenyatta pendant sa campagne pour son second mandat en 2017 d’éradiquer la corruption qui règne à chaque niveau du gouvernement. On accuse le gouverneur Sonko d’avoir bénéficié de paiements illicites et acquis des biens illégalement pour une valeur totale de 3,5 milliards de dollars pour son gain personnel. L’arrestation d’un homme politique haut placé est rare en Afrique, où la corruption est rampante parmi les plus hauts responsables.
Transparency International, l’organisation internationale non-gouvernementale de lutte contre la corruption, place le Kenya en 144ème position sur 180 pays. La BBC rapporte que le Kenya aurait perdu 66 milliards de dollars à cause de la corruption, depuis l’indépendance de l’empire britannique en 1964. En février 2019, la BBC et d’autres organes de presse ont signalé que le Kenya avait dépensé 210 millions de dollars pour des barrages d’énergie hydroélectrique et d’irrigation qui n’ont en fait jamais été construits. Le procès concernant ce scandale de corruption est toujours en cours.
Le problème du Kenya avec cette corruption au sein du gouvernement n’est pas un phénomène unique. Une étude de l’Union Africaine datant de 2002, qui a été largement citée en référence, notamment par le Conseil des Relations Etrangères, estime que la corruption coûte au continent environ 150 milliards de dollars chaque année. Le faible développement économique en Afrique a depuis longtemps été lié à ce problème.
L’Angola, le Burundi, la République Démocratique du Congo, la Somalie, le Soudan, le Soudan du Sud, et la République du Congo sont placés parmi les pays les plus corrompus dans le monde, d’après l’Indice de Perception de la Corruption, publié par Transparency International. Beaucoup de migrants qui sont venus de ces pays vivent aujourd’hui dans le Maine. Les spécialistes associent la corruption et le népotisme comme étant les raisons principales qui mènent à la migration vers des pays moins corrompus. Les Etats-Unis sont placés en 22ème position sur 180 pays sur l’échelle de la corruption, juste derrière la France. Le Danemark est classé comme étant la nation la moins corrompue à travers le monde.

13 soldats français morts au SAHEL
Une région vaste qui devient un épicentre du terrorisme en Afrique.

Treize soldats français sont morts dans une collision entre deux hélicoptères en opération le 26 novembre dernier lors d’une mission de combat contre des groupes djihadistes dans la région du Sahel au nord-est du Mali. Plus de 4 500 soldats français sont engagés au Mali et dans d’autres pays de la région du Sahel depuis 2013. Cette région est souvent identifiée comme faisant une bande marquant la transition entre le Sahara au nord et l’Afrique subsaharienne. Le Mali, Le Burkina-Faso, le Niger, le Tchad et la Mauritanie ont formé l’Alliance du G5 Sahel afin de lutter contre le terrorisme et de travailler ensemble sur d’autres objectifs communs.
Après qu’un coup militaire ait renversé le président malien Amado Toumani Toure en 2012, l’ancien empire malien a commencé à décliner. La région, qui souffrait déjà d’instabilité, s’est fragmentée encore plus quand des groupes terroristes insurgés et armés ont commencé à tuer et déplacer des millions de personnes.
Le Burkina Faso, qui se trouve près du Mali, abrite aussi des groupes terroristes, selon la BBC. Ces groupes comprennent l’Etat Islamique ainsi qu’une branche de Al-Qaïda appelée Jamaat Nusrat al-Islam wal-Muslimin. Plus de 500 personnes ont été tuées, et 500 000 personnes ont été déplacées par les attaques djihadistes depuis 2015.
L’Etat Islamique agit au Mali, au Nigéria, au Niger et au Burkina Faso. Le Nigéria donne asile à Boko Haram, un groupe terroriste connu pour avoir tué des citoyens et kidnappé des jeunes étudiantes au Nigéria, au Tchad et au Cameroun. Quatre soldats américains sont morts en 2017 dans une embuscade de l’Etat Islamique au Niger.
L’auteur a voyagé au Tchad et a travaillé le long de la frontière entre le Nigéria et le Niger, où un grand nombre de camps de réfugiés abritent des personnes qui ont été déplacées à cause de l’activité terroriste. Ces réfugiés expriment leur grand désespoir et se demandent quand les horreurs commises par les groupes terroristes prendront fin. Beaucoup ont perdu leurs maris, leurs femmes, ou leurs enfants afin de fuir leurs maisons. Les groupes terroristes s’introduisent souvent dans les villes capitales comme Nd’jamena au Tchad, où ils déclenchent des bombes dans des lieux publics très fréquentés.