Par Jean Damascene Hakuzimana

Les présidents Museveni (Ouganda), Kagame (Rwanda), Joao Lourenco (Angola) et Felix Tshisekedi (RD Congo) se sont rencontrés virtuellement le 7 octobre pour discuter de la paix et de la sécurité dans la région des Grands Lacs africains. Leur rencontre a permis de poursuivre les discussions en vue de trouver des solutions aux relations conflictuelles entre le Rwanda et l’Ouganda, ainsi que des moyens de créer la stabilité dans la République démocratique du Congo, fortement occupée par les rebelles. Le Burundi a également été invité à la réunion mais a décliné l’invitation en indiquant une préférence pour les entretiens bilatéraux.

New Vision rapporte que Felix Tshisekedi du Congo a initié le sommet. Il y a participé depuis Goma, la capitale de la province du Nord-Kivu au Congo, une région où des centaines de groupes rebelles ont déplacé des millions de personnes – dont certaines ont trouvé refuge dans le Maine. Selon le communiqué final de la réunion, les chefs d’État ont relancé leurs efforts pour éradiquer les groupes armés opérant dans la région.

L’Ouganda, la République démocratique du Congo, le Rwanda et le Burundi ont des frontières communes, et les groupes armés qui font défection d’un pays réapparaissent souvent dans un autre, un scénario qui oblige les États à traiter les uns avec les autres. Les présidents ont également convenu de travailler contre les réseaux régionaux et internationaux qui se cachent derrière l’exploitation illégale des ressources naturelles dans la région, ce qui contribue indirectement à la violence.

Les chefs d’État ont affirmé qu’ils se sentent obligés de coopérer pour mettre fin à la violence récurrente et pour projeter la stabilité dans la région, afin de stimuler le commerce et les investissements. La réunion était initialement prévue comme un rassemblement en personne, mais COVID-19 l’a poussée à un format virtuel. Le président du Burundi, Evariste Ndayishimiye, a refusé de participer à la réunion mais a rencontré le ministre des affaires étrangères du Congo, qui s’est rendu au Burundi avant le sommet.

Le Burundi, la République démocratique du Congo, le Rwanda et l’Ouganda forment la zone appelée « Région des Grands Lacs d’Afrique ». Amjambo Africa a déjà fait état de la fermeture des frontières entre le Rwanda et l’Ouganda qui a mis en suspens le commerce transfrontalier. Les relations entre le Burundi et le Rwanda se sont désintégrées après l’échec d’une tentative de coup d’Etat en 2015 au Burundi, sans aucun signe de normalisation à l’horizon. La frontière orientale de la RD Congo, qui est partagée avec le Rwanda, le Burundi et l’Ouganda, a toujours été le point de départ des groupes armés. Le président Tshisekedi souhaite le soutien de ses homologues pour éradiquer ces groupes, qui ont tué tant de vies dans la région. L’Angolais Joao Lourenco a joué un rôle de médiateur dans les pourparlers de normalisation entre le Rwanda et l’Ouganda.