By Damascene Hakuzimana

Un entretien avec deux médecins français sur la chaîne de télévision française LCI a déclenché une réaction de colère dans les médias après que ceux-ci aient suggéré que les essais du vaccin COVID-19 qui doivent être lancés en Europe et en Australie pourraient d’abord être testés en Afrique. Le test consiste à voir si le vaccin Bacille Calmette-Guérin (BCG) contre la tuberculose serait efficace pour traiter le COVID-19. Bien que le vaccin ne soit pas très connu aux États-Unis, il est souvent – avec des résultats mitigés – administré aux enfants et aux nourrissons dans les pays où la maladie de la tuberculose est courante.

Des sportifs, des dignitaires politiques et des citoyens ordinaires d’Afrique et du monde entier ont exprimé leur indignation face à la suggestion de ces médecins. Ils ont qualifié ces commentaires de “racistes”. Les deux médecins en question sont Paul Mira, chef du service de soins intensifs de l’hôpital Cochin à Paris, et Camille Locht, directeur de recherche à l’Institut National de la Santé.

Mira a suggéré : ““Si je peux être provocateur, est-ce qu’on ne devrait pas faire cette étude en Afrique, où il n’y a pas de masques, pas de traitement, pas de réanimation ? Un peu comme ça s’est fait d’ailleurs sur certaines études, sur le sida, où chez les prostituées, on essaie des choses, parce qu’on sait qu’elles sont très exposées et ne se protègent pas” ?

“Vous avez raison,” a répondu Locht.

AfricaNews a fait état de réactions de colère de la part des stars internationales du football africain. L’ancien attaquant ivoirien de Chelsea, Didier Drogba, a dénoncé l’idée que l’Afrique devrait servir de site test pour trouver une solution à la crise actuelle du coronavirus.

“Il est totalement inconcevable que nous continuions à accepter ceci. L’Afrique n’est pas un laboratoire. Je tiens à dénoncer vivement ces propos graves, méprisants, faux et très racistes.

Aidez-nous à sauver les vies enAfrique …” Drogba a écrit sur son compte Twitter.

Demba Ba, du club turc Istanbul Basaksehir, a également réagi avec colère sur Twitter. Son message était le suivant : “Bienvenue à l’Ouest. Où les blancs se croient si supérieurs que le racisme et la stupidité sont la norme”.

#AfricansAreNotLabRats #AfricansAreNotGuineaPigs sont des propos à la mode sur Twitter depuis l’interview controversée des médecins. Le directeur général de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a condamné les propos des médecins, les qualifiant de “racistes” et de rappel malheureux de la “mentalité coloniale”.

Pious Ali, du Maine, a déclaré : “Depuis que la France a mis le pied en Afrique en 1659, les colonisateurs n’ont cessé de voler tout ce qu’ils pouvaient… J’appelle l’Union Africaine à dire non pour une fois à ce racisme flagrant. Nos ancêtres n’étaient peut-être pas équipés pour combattre les colonisateurs, mais les dirigeants actuels n’ont aucune excuse… Le temps où les colonisateurs utilisaient les pays pauvres comme laboratoires est révolu”.

L’Associated Press rapporte que le docteur Jean-Jacques Muyembe, directeur de l’Institut National de Biologie au Congo-Kinshasa, et crédité d’avoir stoppé l’épidémie d’Ebola au Congo, a un point de vue différent sur les remarques, se félicitant des essais en Afrique. “Le vaccin sera produit aux États-Unis, ou au Canada, ou en Chine. Nous sommes candidats pour faire les essais ici”, a déclaré M. Muyembe. Ses propos ont suscité une controverse en République Démocratique du Congo, où la population est accusée d’être utilisée comme cobaye.

Selon la Deutsche Welle allemande, un collectif d’avocats marocains a déclaré qu’il poursuivrait le Dr Mira pour diffamation raciale. L’organisation non gouvernementale française SOS Racisme a publié une déclaration disant que “Non, les Africains ne sont pas des cobayes” et a qualifié la comparaison avec le sida et les prostituées de “problématique” et “malvenue”. Le CSA, le chien de garde de l’éthique de la radio et de la télévision en France, a déclaré à l’AFP qu’il avait reçu une plainte.

Le vendredi 3 avril, Mira aurait déclaré : “Je tiens à présenter toutes mes excuses à ceux qui ont été blessés, choqués et se sont sentis insultés par les propos que j’ai maladroitement tenus”.