By Kathreen Harrison

Photo | John Ochira

Le nouveau Coronavirus bouleverse la vie
de millions de personnes

La crise de Covid-19 a bouleversé la vie de millions de personnes dans le monde, y compris les communautés d’immigrants du Maine. Des gens ont perdu leur emploi, des écoles ont fermé, des événements culturels et des célébrations ont été annulés, des services religieux ont été mis en ligne et le terme “social distanciation” (éloignement social) est entré dans le vocabulaire des anglophones, même les plus récents.
Afin de faire face à la crise, le 13 mars, Mufalo Chitam, Directeur de la Maine Immigrant Rights Coalition (MIRC) et Inza Ouattara, Coordinatrice de la santé des réfugiés de Catholic Charities de l’état du Maine, ont organisé une conférence téléphonique avec les dirigeants des communautés d’immigrants du Maine et les agents de liaison du Center for Disease Control en matière de santé publique, Kristine Jenkins et Jamie Paul, afin de discuter de la pandémie actuelle de coronavirus et d’établir des lignes de communication efficaces entre les membres des communautés d’immigrants et le CDC.
La réunion a porté sur les lignes directrices actuelles du CDC en matière de sécurité publique. Les personnes présentes ont été invitées à utiliser leurs canaux de communication pour faire parvenir les lignes directrices suivantes à leurs électeurs le plus rapidement possible :
• Lavez-vous les mains à l’eau et au savon vigoureusement et fréquemment pendant au moins 20 secondes, en faisant attention au dos des mains, entre les doigts, sous les ongles.
• Utilisez un désinfectant pour les mains à base d’alcool pour vous nettoyer les mains si vous n’avez pas accès à de l’eau.
• Restez à la maison en cas de maladie.
• Toussez et éternuez avec un mouchoir en papier, puis jetez le mouchoir.
• Évitez les voyages.
• Appelez un médecin à l’avance pour signaler des symptômes graves (tels que fièvre, essoufflement, difficultés respiratoires) au lieu de vous rendre directement aux urgences ou au cabinet médical.
• Pratiquez l’éloignement social en vous tenant à 1,80 m des autres, en particulier des personnes âgées et des personnes souffrant de maladies graves ; rendez les réunions virtuelles ; évitez les foules. (En plus de permettre aux individus d’éviter d’attraper le virus des autres, l’éloignement social devrait ralentir la propagation du virus et permettre aux hôpitaux et aux fournisseurs d’équipement médical de répondre à la demande. D’après des données de santé publique vieilles de 100 ans, l’éloignement social est essentiel pour contrôler la vitesse de transmission, car le virus se propage par contact étroit avec une personne qui en est porteuse. Un contact étroit consiste à se trouver à moins de 2 mètres d’une personne pendant au moins 15 minutes. Le porteur peut ne pas présenter de symptômes du tout. En fait, les enfants présentent rarement des symptômes intenses. Cependant, les éternuements, la toux et même la parole répandent des gouttelettes dans l’air qui peuvent ensuite être inhalées. À l’heure actuelle, rien ne prouve que le virus se propage par l’alimentation).
A part les recommendations générales, la réunion s’est concentrée sur l’identification des questions qui pourraient présenter un intérêt particulier pour la population immigrée. Il s’agissait notamment de la nécessité de disposer de documents traduits afin que les nouveaux apprenants en langue anglaise puissent comprendre le virus, son mode de propagation et les moyens de le prévenir.
Après la réunion du 13 mars, les associations communautaires et celles à but non lucratif se sont mises au travail pour produire et rassembler des vidéos et des fiches d’information dans une grande variété de langues qui expliquent l’urgence sanitaire. Ces documents abordent de nombreux sujets, notamment le mode de transmission du virus, la signification de
l’ ”éloignement social”, les annulations scolaires, les mythes sur le virus, l’importance de trouver des alternatives aux poignées de main et aux câlins, et les raisons pour lesquelles les gens devraient rester chez eux si possible.
En plus d’afficher le matériel sur divers sites tels que Amjambo Africa, des associations l’ont envoyé par le biais des médias sociaux et de WhatsApp. En outre, invoquant la nécessité d’atteindre les gens individuellement, afin de communiquer de manière culturellement appropriée, un certain nombre d’associations de communautés d’immigrants ont fait du porte-à-porte pour partager des informations vitales sur la santé avec leurs membres. Les dirigeants signalent que le matériel traduit a atteint leurs communautés, et la plupart d’entre eux adhèrent maintenant aux lignes directrices.
Le nouveau Coronavirus Covid-19 a atteint 188 pays ou territoires, et se propage en Afrique, où 40 pays ont signalé 572 cas confirmés et 12 décès, à compter du 21 mars. Les spéculations sur la raison pour laquelle le taux d’infection était initialement relativement faible en Afrique prenaient en compte les mesures qui ont été mises en place en raison de l’expérience antérieure du continent avec d’autres épidémies telles que le virus Ebola.
Selon le professeur Jean-Jacques Muyembe, directeur général de l’Institut National de la Recherche Biomédicale (INRB) à Kinshasa, en République Démocratique du Congo, les mêmes mesures qui protègent contre Ebola protègent aussi contre le virus Covid-19. Dans un article du 20 février sur le site de l’Organisation Mondiale de la Santé, Muyembe aurait déclaré : “Depuis la 10ème épidémie d’Ebola, même les provinces qui n’ont pas eu de cas ont mis en place des systèmes pour contrôler les voyageurs et promouvoir le lavage des mains, et ces mesures sont les mêmes que celles nécessaires pour lutter contre le Coronavirus”. Il a ajouté que, grâce à Ebola, le pays a mis en place un système de laboratoire qui peut maintenant être utilisé pour tester également le Coronavirus. Toutefois, contrairement à Ebola, les patients gravement malades atteints de Covid-19 ont besoin de machines d’assistance respiratoire, et celles-ci sont rares dans de nombreux pays, y compris en RDC.
Selon CNN, d’autres mesures sont prises en Afrique pour réduire la propagation rapide du virus, notamment des installations de lavage à la main à Kigali, au Rwanda, où les passagers sont forcés de se laver les mains avant de monter dans les bus ; des contrôles de température obligatoires et l’utilisation de désinfectants pour les mains avant d’entrer dans les espaces publics à Lagos, au Nigeria ; des restrictions de voyage dans de nombreux pays.
L’idée a circulé pendant un certain temps en Afrique et aux États-Unis que les Noirs ne peuvent pas contracter le virus Covid-19, mais la propagation actuelle du virus en Afrique, ainsi que les cas récents parmi les célébrités aux États-Unis, notamment ceux de deux joueurs de basket-ball afro-américains de la NBA, font taire ces rumeurs. D’autres mythes circulent encore, notamment l’idée que se gargariser avec de l’eau chaude et du sel tue le virus, que la soupe au poivre et le fenouil sont des protections contre le virus, que les sèche-cheveux tuent le virus, que le virus ne se porte pas bien dans les climats chauds. Tous ces mythes ont été démystifiés.
Les questions qui restent dans l’esprit des dirigeants d’immigrants et de leurs alliés sont les suivantes : le test COVID-19 sera-t-il gratuit pour les demandeurs d’asile ; comment les personnes à revenus limités peuvent-elles obtenir un approvisionnement suffisant d’articles nécessaires chez elles, tels que nourriture, papier toilette, désinfectant pour les mains, médicaments sur ordonnance, couches ; quelle aide sera fournie pour éviter les expulsions massives de locataires incapables de payer leur loyer ; comment les travailleurs sans papiers qui ne sont pas éligibles aux programmes gouvernementaux seront-ils aidés. Amjambo Africa rendra compte des réponses à ces questions au fur et à mesure qu’elles lui parviendront. Veuillez consulter la liste des services à la page 16, 20/21 .
Consultez le bouton Covid-19 sur amjamboafrica.com pour des vidéos, des fiches d’information et des articles sur le virus en français, portugais, somali, swahili et kinyarawanda. Nous prévoyons d’inclure d’autres langues sur notre site web très prochainement afin d’aider les personnes dont l’anglais est limité à se tenir informées au fur et à mesure de l’évolution de la crise.

 

Photo | John Ochira

 

 

La crise de Covid-19 a bouleversé la vie de millions de personnes dans le monde, y compris les communautés d’immigrants du Maine. Des gens ont perdu leur emploi, des écoles ont fermé, des événements culturels et des célébrations ont été annulés, des services religieux ont été mis en ligne et le terme “social distanciation” (éloignement social) est entré dans le vocabulaire des anglophones, même les plus récents.
Afin de faire face à la crise, le 13 mars, Mufalo Chitam, Directeur de la Maine Immigrant Rights Coalition (MIRC) et Inza Ouattara, Coordinatrice de la santé des réfugiés de Catholic Charities de l’état du Maine, ont organisé une conférence téléphonique avec les dirigeants des communautés d’immigrants du Maine et les agents de liaison du Center for Disease Control en matière de santé publique, Kristine Jenkins et Jamie Paul, afin de discuter de la pandémie actuelle de coronavirus et d’établir des lignes de communication efficaces entre les membres des communautés d’immigrants et le CDC.
La réunion a porté sur les lignes directrices actuelles du CDC en matière de sécurité publique. Les personnes présentes ont été invitées à utiliser leurs canaux de communication pour faire parvenir les lignes directrices suivantes à leurs électeurs le plus rapidement possible :
• Lavez-vous les mains à l’eau et au savon vigoureusement et fréquemment pendant au moins 20 secondes, en faisant attention au dos des mains, entre les doigts, sous les ongles.
• Utilisez un désinfectant pour les mains à base d’alcool pour vous nettoyer les mains si vous n’avez pas accès à de l’eau.
• Restez à la maison en cas de maladie.
• Toussez et éternuez avec un mouchoir en papier, puis jetez le mouchoir.
• Évitez les voyages.
• Appelez un médecin à l’avance pour signaler des symptômes graves (tels que fièvre, essoufflement, difficultés respiratoires) au lieu de vous rendre directement aux urgences ou au cabinet médical.
• Pratiquez l’éloignement social en vous tenant à 1,80 m des autres, en particulier des personnes âgées et des personnes souffrant de maladies graves ; rendez les réunions virtuelles ; évitez les foules. (En plus de permettre aux individus d’éviter d’attraper le virus des autres, l’éloignement social devrait ralentir la propagation du virus et permettre aux hôpitaux et aux fournisseurs d’équipement médical de répondre à la demande. D’après des données de santé publique vieilles de 100 ans, l’éloignement social est essentiel pour contrôler la vitesse de transmission, car le virus se propage par contact étroit avec une personne qui en est porteuse.

Photo | John Ochira

Un contact étroit consiste à se trouver à moins de 2 mètres d’une personne pendant au moins 15 minutes. Le porteur peut ne pas présenter de symptômes du tout. En fait, les enfants présentent rarement des symptômes intenses. Cependant, les éternuements, la toux et même la parole répandent des gouttelettes dans l’air qui peuvent ensuite être inhalées. À l’heure actuelle, rien ne prouve que le virus se propage par l’alimentation).
A part les recommendations générales, la réunion s’est concentrée sur l’identification des questions qui pourraient présenter un intérêt particulier pour la population immigrée. Il s’agissait notamment de la nécessité de disposer de documents traduits afin que les nouveaux apprenants en langue anglaise puissent comprendre le virus, son mode de propagation et les moyens de le prévenir.
Après la réunion du 13 mars, les associations communautaires et celles à but non lucratif se sont mises au travail pour produire et rassembler des vidéos et des fiches d’information dans une grande variété de langues qui expliquent l’urgence sanitaire. Ces documents abordent de nombreux sujets, notamment le mode de transmission du virus, la signification de
l’ ”éloignement social”, les annulations scolaires, les mythes sur le virus, l’importance de trouver des alternatives aux poignées de main et aux câlins, et les raisons pour lesquelles les gens devraient rester chez eux si possible.

Photo | John Ochira

En plus d’afficher le matériel sur divers sites tels que Amjambo Africa, des associations l’ont envoyé par le biais des médias sociaux et de WhatsApp. En outre, invoquant la nécessité d’atteindre les gens individuellement, afin de communiquer de manière culturellement appropriée, un certain nombre d’associations de communautés d’immigrants ont fait du porte-à-porte pour partager des informations vitales sur la santé avec leurs membres. Les dirigeants signalent que le matériel traduit a atteint leurs communautés, et la plupart d’entre eux adhèrent maintenant aux lignes directrices.
Le nouveau Coronavirus Covid-19 a atteint 188 pays ou territoires, et se propage en Afrique, où 40 pays ont signalé 572 cas confirmés et 12 décès, à compter du 21 mars. Les spéculations sur la raison pour laquelle le taux d’infection était initialement relativement faible en Afrique prenaient en compte les mesures qui ont été mises en place en raison de l’expérience antérieure du continent avec d’autres épidémies telles que le virus Ebola.
Selon le professeur Jean-Jacques Muyembe, directeur général de l’Institut National de la Recherche Biomédicale (INRB) à Kinshasa, en République Démocratique du Congo, les mêmes mesures qui protègent contre Ebola protègent aussi contre le virus Covid-19. Dans un article du 20 février sur le site de l’Organisation Mondiale de la Santé, Muyembe aurait déclaré : “Depuis la 10ème épidémie d’Ebola, même les provinces qui n’ont pas eu de cas ont mis en place des systèmes pour contrôler les voyageurs et promouvoir le lavage des mains, et ces mesures sont les mêmes que celles nécessaires pour lutter contre le Coronavirus”. Il a ajouté que, grâce à Ebola, le pays a mis en place un système de laboratoire qui peut maintenant être utilisé pour tester également le Coronavirus. Toutefois, contrairement à Ebola, les patients gravement malades atteints de Covid-19 ont besoin de machines d’assistance respiratoire, et celles-ci sont rares dans de nombreux pays, y compris en RDC.
Selon CNN, d’autres mesures sont prises en Afrique pour réduire la propagation rapide du virus, notamment des installations de lavage à la main à Kigali, au Rwanda, où les passagers sont forcés de se laver les mains avant de monter dans les bus ; des contrôles de température obligatoires et l’utilisation de désinfectants pour les mains avant d’entrer dans les espaces publics à Lagos, au Nigeria ; des restrictions de voyage dans de nombreux pays.
L’idée a circulé pendant un certain temps en Afrique et aux États-Unis que les Noirs ne peuvent pas contracter le virus Covid-19, mais la propagation actuelle du virus en Afrique, ainsi que les cas récents parmi les célébrités aux États-Unis, notamment ceux de deux joueurs de basket-ball afro-américains de la NBA, font taire ces rumeurs. D’autres mythes circulent encore, notamment l’idée que se gargariser avec de l’eau chaude et du sel tue le virus, que la soupe au poivre et le fenouil sont des protections contre le virus, que les sèche-cheveux tuent le virus, que le virus ne se porte pas bien dans les climats chauds. Tous ces mythes ont été démystifiés.
Les questions qui restent dans l’esprit des dirigeants d’immigrants et de leurs alliés sont les suivantes : le test COVID-19 sera-t-il gratuit pour les demandeurs d’asile ; comment les personnes à revenus limités peuvent-elles obtenir un approvisionnement suffisant d’articles nécessaires chez elles, tels que nourriture, papier toilette, désinfectant pour les mains, médicaments sur ordonnance, couches ; quelle aide sera fournie pour éviter les expulsions massives de locataires incapables de payer leur loyer ; comment les travailleurs sans papiers qui ne sont pas éligibles aux programmes gouvernementaux seront-ils aidés. Amjambo Africa rendra compte des réponses à ces questions au fur et à mesure qu’elles lui parviendront. Veuillez consulter la liste des services à la page 16, 20/21 .
Consultez le bouton Covid-19 sur amjamboafrica.com pour des vidéos, des fiches d’information et des articles sur le virus en français, portugais, somali, swahili et kinyarawanda. Nous prévoyons d’inclure d’autres langues sur notre site web très prochainement afin d’aider les personnes dont l’anglais est limité à se tenir informées au fur et à mesure de l’évolution de la crise.