« La poussée épidémique est ici. Agissez maintenant. Pour votre bien, et pour celui de votre famille et de votre communauté, portez un masque et restez à l’écart. C’est sérieux. » – Tweet du 10/30 du Dr. Nirav Shah, directeur du CDC du Maine

Trois cent soixante-neuf nouveaux cas d’infection par COVID-19 ont été signalés dans le Maine depuis le 25 octobre, et les données du matin du 30 octobre reflètent la plus forte hausse des nouvelles infections sur une seule journée depuis le début de la pandémie. Le CDC du Maine a averti que tous les comtés du Maine connaissent une transmission communautaire modérée à importante, et que le virus risque d’échapper à tout contrôle. Le 29 octobre, le Ministère de l’Éducation a signalé 128 cas dans les écoles du Maine. Des cas de maladie ont été signalés dans toutes les tranches d’âge, y compris chez des personnes âgées de huit mois seulement. Cinquante-neuf pour cent des cas dans le Maine concernent des personnes de moins de 60 ans.

Les Noirs ou Afro-Américains Mainers représentent 17 % des cas dans l’État, mais seulement 1,6 % de la population de l’État. Parmi les raisons fréquemment citées pour expliquer cette disparité raciale spectaculaire, citons les politiques racistes qui contribuent à empêcher les Noirs et les Afro-Américains de sortir de la pauvreté et d’accéder à la classe moyenne. Par nécessité économique, pendant la pandémie, les Mainers noirs ou afro-américains – dont beaucoup sont des immigrants – ont occupé des emplois de première ligne, en personne, que d’autres ne rempliront pas ; utilisé les transports publics pour se rendre au travail ; vécu dans des logements surpeuplés, ce qui rend la distanciation sociale très difficile, voire impossible. Dans le Maine, les blancs représentent 94,4 % de la population, et meurent à un taux de 10 décès pour 100 000 personnes. Les Noirs ou les Afro-Américains représentent 22 décès pour 100 000 personnes. À l’échelle nationale, les Noirs meurent 2,3 fois plus vite que les Blancs.

Lors d’un briefing le 28 octobre, les experts ont spéculé que l’augmentation de la transmission COVID-10 pourrait avoir été partiellement alimentée par un changement de temps, les températures plus basses conduisant plus de personnes à rester à l’intérieur. Ils ont exhorté les Mainers à rester vigilants, et à ne pas céder à la « fatigue COVID ». Ils mettent en garde contre la croyance à de fausses rumeurs qui ne sont pas fondées sur la science. Les masques, la distanciation sociale et le lavage des mains restent les mesures les plus importantes que les Mainers peuvent prendre pour se protéger, ainsi que leurs familles et la communauté, ont-ils déclaré. Le virus continue d’être extrêmement dangereux, et les masques aident à prévenir la propagation du coronavirus. Le CDC du Maine demande aux Mainers de répondre au téléphone s’ils voient que des traceurs de contact du CDC du Maine les appellent. La recherche des contacts reste essentielle pour contrôler la propagation du virus

Le gouverneur Mills et le Dr Nirav Shah, Directeur du Centre de Contrôle des Maladies du Maine, ont tous deux averti que les Mainers doivent éviter – ou du moins minimiser – les rassemblements à l’intérieur avec des personnes extérieures au foyer immédiat. Ils ont exprimé leur inquiétude quant au fait que les gens baissent leur garde et se rassemblent à l’intérieur. Certains chefs de communauté rapportent que le passage de l’État à la phase 4 du plan de réinsertion a semé la confusion chez certaines personnes. Ils exhortent les membres de leur communauté à surveiller les chiffres et à reconnaître que les cas de COVID-19 augmentent rapidement.

Le Dr Shah a dit : « Les gens semblent baisser leur garde quand ils se déplacent à l’intérieur. »

« COVID-19 est un ennemi silencieux qui prospère au moindre soupçon de complaisance », a déclaré le gouverneur Mills.

Le CDC américain a mis à jour ses directives concernant les contacts étroits. Une personne qui a été à une distance de six pieds ou moins pendant 15 minutes cumulées ou plus sur une période de 24 heures est désormais considérée comme un contact étroit d’une personne diagnostiquée avec le COVID-19. Le Dr Shah encourage les gens à tenir compte de l’impact des interactions courtes et répétées, ainsi que des interactions longues et soutenues. Même en portant un masque, une personne est toujours considérée comme étant un contact étroit après un total cumulé de 15 minutes passées avec une personne infectée.

À ce jour, la pandémie COVID-19 a tué plus de 229 000 personnes rien qu’aux États-Unis, et 1,18 million de personnes dans le monde. Dans le Maine, 146 personnes sont mortes de la COVID-19. Certains experts prédisent que le nombre actuel de décès aux États-Unis, soit 225 000, doublera d’ici janvier si les protocoles de précaution fondés sur la science continuent d’être ignorés.

Le 28 octobre, le gouverneur Mills a exprimé de graves inquiétudes quant à la tendance à la hausse des cas dans le Maine. « La question est : pouvons-nous contrôler l’épidémie ? La réponse dépend de chacun d’entre nous. »