Par Jean Damascene Hakuzimana
Certains pays d’Afrique signalent un nombre de cas de COVID-19 en baisse. Parmi ceux-ci, le Rwanda et le Kenya, le Rwandan New Times faisant état de la réouverture des vols commerciaux pour le 1er août et Kenya Airways devant reprendre ses vols intérieurs le 15 juillet. La Tunisie, qui dépend du tourisme, ouvrira ses frontières le 27 juillet, car elle voit son nombre de cas COVID-19 diminuer. Et le nombre de cas en Algérie, en Tunisie, au Maroc et au Rwanda est si faible que l’Union européenne a annoncé la levée progressive des restrictions de voyage pour ces pays – ce qui n’est pas le cas des États-Unis, où les citoyens sont actuellement interdits de voyage dans l’UE. Le récent article d’Amjambo Africa « COVID-19 : les cas augmentent lentement sur le continent africain – pourquoi et comment » a suggéré que la culture de suivi des décrets gouvernementaux qui prévaut en Afrique fonctionne à l’avantage de certains pays africains pendant cette période.

La gestion de l’épidémie d’Ebola dans la République démocratique du Congo a été saluée comme un exemple à suivre dans la lutte contre COVID-19 dans un article d’opinion du 25 juin paru dans le Guardian, du Directeur de l’Organisation Mondiale de la Santé, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus. Intitulé « Les virus ne font pas de pause. Le monde peut prendre des leçons de la manière dont la RDC bat le virus Ebola », le Dr Tedros a écrit que parce que les Congolais ont cru en la science, la communauté, les données et la coopération avec les institutions internationales, la nation a presque réussi à vaincre le virus Ebola. Il a ajouté que l’expérience de la RDC avec le virus Ebola a préparé le pays à prendre des mesures de protection efficaces dès maintenant.

Récemment investi, le Chef de l’Etat du Burundi Evariste Ndayishimiye a lancé le programme “Je ne serai pas infecté et je ne propagerai pas COVID-19″, selon l’Associated Press. Cela contraste fortement avec son prédécesseur, qui a minimisé la pandémie jusqu’à sa mort récente, prétendument due à COVID-19. De nombreux réfugiés et demandeurs d’asile du Burundi vivent dans le Maine. Ils ont été attristés par plusieurs décès de COVID-19 au Burundi, de sorte que cette nouvelle à propos du nouveau président qui prend la pandémie au sérieux apporte un soulagement bienvenu.

Aljazeera rapporte que l’Afrique du Sud ne va pas bien et que le pays représente 40 % de tous les cas confirmés en Afrique. L’université Johns Hopkins fait état de plus de 4 079 décès en Afrique du Sud. Le président Ramaphosa est apparu à la télévision pour annoncer un couvre-feu nocturne, ainsi que l’interdiction de la vente d’alcool, deux mesures destinées à prévenir les accidents et à préserver les lits d’hôpitaux pour les patients atteints de COVID-19. Il a rendu obligatoire le port de masques.

Les pays d’Afrique se rassemblent pour trouver une solution à la crise économique provoquée par la pandémie. Le Global Citizen rapporte que les dirigeants d’Afrique de l’Ouest ont promis 25 millions de dollars pour la réponse de la région à la COVID-19, destinée à soutenir l’éducation, les soins de santé et l’accès à l’assainissement, entre autres initiatives de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).