Par Georges Budagu Makoko

La beauté de la démocratie est que le système est fondé sur le pouvoir conféré aux citoyens de décider qui sera élu comme président. Sur les 7,8 milliards de personnes dans le monde, beaucoup n’ont pas le privilège de choisir leurs dirigeants, mais les citoyens américains ont cette chance, et un nombre historique de 161 millions de citoyens américains se sont rendus aux urnes lors de l’élection présidentielle de 2020. En fait, 2020 a été l’élection la plus engagée civiquement de l’histoire moderne des États-Unis, et ce malgré l’extraordinaire pandémie COVID-19 qui a emporté des centaines de milliers de vies et dévasté des familles entières. Même au milieu de tant de souffrances partout dans le pays, des millions d’Américains ont fait en sorte d’exercer leur droit de vote. Mes amis immigrés pensent que la raison pour laquelle tant de personnes se sont rendues aux urnes était afin de se battre pour les valeurs démocratiques. Les gens de couleur ont voté en très grand nombre et nous sommes fiers que nos voix ne soient plus ignorées dans le processus électoral. Même les jeunes, qui ne votent pas d’habitude, se sont rendus aux urnes.

Je vis aux États-Unis depuis 18 ans et j’ai participé à plusieurs élections. Mais je n’ai jamais vécu une saison électorale comme celle-ci, avec un vainqueur non déclaré le jour du scrutin, et le niveau d’anxiété palpable dans la communauté des immigrants qui augmente de jour en jour alors que la nation attend les résultats. Je sais que je gardais mon propre téléphone près de moi 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, et que je me réveillais chaque nuit plusieurs fois pour voir si les résultats définitifs avaient été affichés. La plupart des gens que je connais passaient beaucoup de temps à parler à leurs amis, aux États-Unis et à l’étranger, et nous essayions tous de faire des prédictions précises sur le résultat. Tous ceux que je connais étaient focalisés sur les élections.

Les émotions que mes amis immigrants ont partagées avec moi pendant la semaine électorale étaient profondes. Quatre années tumultueuses sous l’administration actuelle ont été extrêmement difficiles pour la communauté des immigrés. Beaucoup m’ont fait savoir qu’ils avaient complètement perdu confiance dans le pays et que leurs espoirs et leurs rêves pour l’avenir avaient été brisés au cours des quatre dernières années. Ils ont parlé de l’impact des politiques d’immigration de Trump sur la communauté des immigrants ici dans le Maine, et ont dit que leur croyance dans la valeur fondamentale américaine d’accueil des immigrants avait été considérablement ternie. Ils ont déclaré qu’ils étaient traumatisés par les fréquents décrets ciblant les immigrants, et que des milliers de personnes avaient abandonné leur espoir de vivre aux États-Unis et étaient parties au Canada pour y demander l’asile.

Les membres de la communauté estiment que le résultat des élections de cette année est une très bonne nouvelle pour les immigrés, et ils espèrent des jours meilleurs à l’avenir. Ils sont soulagés de ne plus être réveillés par des tweets qui pourraient leur dire de faire leurs valises et de quitter le pays qu’ils ont adopté comme leur nouveau chez eux, en toute sécurité. Les gens ont parlé de l’élection de Joe Biden comme d’une victoire sur la peur. Une jeune femme avec qui j’ai parlé et qui a participé à trois élections américaines depuis qu’elle est devenue citoyenne américaine a déclaré : « Cette administration était très stressante pour les immigrants, et les changements constants de règles en matière d’immigration qui ont été fréquemment exécutés ont rendu la vie des immigrants très difficile. Mon espoir pour la nouvelle administration est que je pourrai désormais savoir à quoi m’attendre et ne pas être choquée tout le temps – les quatre dernières années ont été très éprouvantes sur le plan émotionnel. J’espère que la nouvelle administration de Joe Biden nous aidera dans le processus de guérison ». L’espoir renaît à l’étranger ainsi que dans le Maine. Un réfugié congolais vivant au Kenya m’a dit que « le leadership américain dans le monde a été sérieusement terni ». Nous espérons qu’il reviendra ».

Le fait que le président en exercice conteste les résultats des élections inquiète de nombreuses personnes parmi la communauté des immigrés, et ils craignent d’éventuels troubles civils. La plupart des immigrés africains sont habitués aux troubles civils qui suivent les élections, surtout lorsqu’un parti politique refuse de céder. Des exemples récents sont les élections de 2015 au Burundi, de 2017 au Kenya et de 2018 en République démocratique du Congo. Les immigrés qui voient les républicains manifester dans les rues et le président Trump contester les résultats des élections craignent que les troubles civils ne dégénèrent en violence. La démocratie est très fragile et doit être protégée. Une fois perdue, il faut attendre de nombreuses années pour la récupérer, et parfois elle est perdue à jamais. Par exemple, dans les années 1930, une élection démocratique a porté Hitler au pouvoir, mais le parti nationaliste a ensuite pris le contrôle et a imposé son programme à l’ensemble du pays.

Je prie sincèrement que les centaines d’années passées à construire de fortes institutions démocratiques aux États-Unis l’emportent sur l’avidité de pouvoir et l’intérêt personnel. Que Dieu bénisse l’Amérique par un retour à nos valeurs fondamentales.