“Uhunga ikikwiruka inyuma ariko nduhunga ikikwirukamo.”

“Uhunga ikikwiruka inyuma ariko nduhunga ikikwirukamo.”

Il y a un dicton courant en Kinyamulenge, qui signifie : “Il est facile de fuir quelque chose qui vous poursuit par derrière, mais il est difficile de lutter contre quelque chose qui est en soi”.
Georges Budagu Makoko
Editeur, Amjambo Africa

Kathreen Harrison
Rédacteur en Chef, Amjambo Africa

Le virulent virus COVID-19 a infecté des personnes dans plus de 200 pays et territoires, détruisant des vies, terrifiant les populations et dévastant les économies. Le 12 mars, le Maine a confirmé son premier cas de COVID -19, ce qui en fait le 43ème État à avoir un cas positif. Le gouverneur Janet Mills a rapidement annoncé des mesures d’assurance d’urgence pour aider tous les Mainers à accéder aux soins de santé liés au virus, et a formulé des recommandations visant à aplatir la courbe et à donner au système de santé une chance de se préparer à accueillir les patients atteints de la COVID-19. Le directeur du Centre de contrôle des maladies du Maine, le Dr Nirav Shah, fournit des mises à jour quotidiennes au public afin d’aider les Mainers à comprendre et à répondre à la crise qui se développe. Le 27 mars, le nombre de cas dans le Maine était passé à 168, et le Maine a enregistré son premier décès dû à la COVID-19, un homme âgé de 80 ans.

Les personnes qui dirigent les communautés des immigrants travaillent dur pour aider à soutenir les membres de leur communauté et tenir tout le monde informé sur la manière de protéger la santé et la sécurité de leurs familles ainsi que la communauté africaine dans son ensemble. Ils organisent des réunions virtuelles avec le CDC et entre eux depuis le début de l’épidémie. Des documents sur les symptômes, sur les mesures à prendre pour éviter la propagation des germes et sur les mesures à prendre en cas de suspicion de maladie ont été élaborés et traduits dans de nombreuses langues afin de rendre l’information accessible à tous. Des groupes communautaires créent des clips vidéo en plusieurs langues et les partagent avec nous, et les envoient via WhatsApp, Facebook et d’autres plateformes comme Amjambo Africa afin d’atteindre ceux qui ne suivent pas les médias grand public.

Amjambo Africa a créé un bouton spécial Covid-19 sur son site web pour diriger les visiteurs vers des informations en français, swahili, portugais, somali et kinyarwanda. Certaines informations se présentent sous la forme de vidéos de membres connus de la communauté, d’autres sous forme écrite ou d’info-grammes. Nous vous invitons à visiter notre site et à le partager largement avec vos réseaux. Nos informations sont basées sur les mises à jour du Center for Disease Control, de l’Organisation mondiale de la santé, et des dirigeants des communautés locales.

La culture, la foi et les expériences antérieures jouent toutes un rôle important dans la manière dont chaque personne et chaque communauté différente abordent les périodes dangereuses. La plupart des immigrants récemment arrivés dans le Maine ont échappé aux horreurs de leur pays d’origine. À première vue, le virus Covid-19 ne les a peut-être pas alarmés aussi rapidement qu’il a effrayé d’autres Américains qui ont été épargnés par la guerre et les épidémies de masse antérieures comme Ebola, la malaria et la tuberculose. Cependant, lorsque l’énormité de ce qui se passait est devenue évidente, le traumatisme que beaucoup avaient subi dans leur pays d’origine, et lors de leur voyage dans le Maine – un endroit qu’ils pensaient être sûr – a été relancé par la pandémie.

Lorsque la nouvelle du virus a frappé les Mainers, ils sont immédiatement allés dans les magasins et ont acheté tous les produits de nettoyage et de désinfection des mains. Lorsque les immigrants ont pris conscience de l’ampleur du problème, ils ont été choqués de constater que de nombreux produits nécessaires avaient disparu des magasins. Comme les Mainers à faible revenu, de nombreux immigrants vivent au jour le jour et n’ont pas les moyens d’acheter et d’entreposer de la nourriture et d’autres produits de première nécessité pendant des semaines. Ils craignent que tout le monde n’ait pas les mêmes chances de surmonter cette crise.

La propagation de Covid-19 nous rappelle que nous vivons désormais dans un village mondial profondément interconnecté – ce qui se passe quelque part loin de nous peut facilement et rapidement nous atteindre et avoir un impact marquant sur nos vies. Et comme dans la vie d’un village, nous devons prendre soin les uns des autres et partager les ressources, afin que les moins fortunés d’entre nous ne souffrent pas de manière disproportionnée.

Amjambo Africa espère que toutes nos communautés – qu’elles soient nées à l’étranger ou dans le Maine – tiendront compte des conseils des experts et resteront chez elles autant que possible, se laveront les mains de manière agressive et fréquente, couvriront leurs toux et leurs éternuements et veilleront les unes sur les autres. Ensemble, nous pouvons ralentir la propagation du virus COVID-19, donnant ainsi aux centres médicaux une chance de suivre les cas de personnes qui tombent malades, et aux scientifiques de développer un vaccin efficace contre le virus.
Dans l’espoir que la paix de l’esprit et la stabilité s’installeront à nouveau dans notre belle communauté du Maine avant longtemps, nous souhaitons à nos amis le meilleur.