By Kathreen Harrison

  “L’Afrique, ce géant endormi, se réveille maintenant”, a annoncé Dr. Arikana Chihombori-Quao, l’Ambassadrice de l’Union Africaine aux Etats-Unis, à l’occasion d’une rencontre organisée à Portland par le “World Affairs Council” du Maine à la fin de sa visite dans notre état les 12 et 13 septembre derniers: elle avait été invitée par Pious Ali, Conseiller à la ville de Portland.

Dr. Arikana Chihombori-Quao was resplendent in a pink gown made by fashion designer Adele Masengo Ngoy of Portland

“J’avais rencontré pour la première fois Arikana Chihombori-Quao lors de la conférence annuelle des New American Leaders en décembre 2018. Je voulais depuis longtemps rassembler la diaspora africaine du Maine afin de former une communauté et j’attendais une occasion. Nous avons passé quelques jours fantastiques”, a dit Conseiller Ali.
De nombreux dignitaires sont venus assister à l’évènement, y compris Représentante Rachel Talbot Ross, Conseillers à la ville de Portland Pious Ali et Jill Duson, Conseiller à la ville de South Portland Deqa Dhalac, et Ancien Premier Ministre somalien aux Travaux Publics et à la Reconstruction, Eng. Nadifa Osman.
Après le discours de bienvenue du Directeur Exécutif du “World Affairs Council” du Maine, Kate McCarthy, Conseiller Ali a offert à Ambassadrice Arikana Chihombori-Quao une clé de la ville de Portland, et Conseillère à la ville de Portland Jill Duson a lu une déclaration du Maire Ethan Strimling, annonçant que le mois de Septembre 2019 serait le mois de l’Héritage Africain à Portland.
La visite de Dr. Arikana Chihombori-Quao a été très chargée. En effet, le jeudi, elle a rencontré des représentants de l’Université du Maine, de l’Université de Southern Maine, de Thornton Academy, de Global Tides Consulting, et d’Idexx afin de discuter de possibles collaborations. Le jeudi soir, HE Arikana Chihombori-Quao a partagé un repas et la conversation avec les Africains de la diaspora et des Afro-Américains.

 

Representative Rachel Talbot Ross, South Portland City Councilor Deqa Dhalac, Portland City Councilors Pious Ali and Jill Duson

 

 

 

 

Former Minister of Public Works and Reconstruction of Somalia, Eng. Nadifa Osman shares a laugh with South Portland City Councilor Deqa Dhalac

With fashion designer Adele Masengo Ngoy of Portland and her daughter

With Dr. Ahmed of Deering High School

 

With Georges Budagu Makoko, publisher of Amjambo Africa

With Claude Rwaganje, Executive Director of ProsperityME

 

 

 

 

 

 

Conseiller Ali a remarqué que ce rassemblement, qui a réuni des descendants d’Africains qui avaient été amenés ici contre leur gré il y a des générations, et des immigrants africains qui viennent d’arriver, était quelque chose d’inhabituel pour le Maine, un état où ces deux communautés se mélangent d’habitude peu fréquemment. Il a aussi exprimé l’espoir que ce rassemblement ne restera pas unique. Le vendredi, HE Arikana Chihombori-Quao a visité Deering High School.
Le vendredi soir, après une éloquente et brève vue d’ensemble de l’histoire de la colonisation en Afrique, et de l’exploitation continue de ses resources naturelles par des compagnies multinationales et des gouvernements étrangers encore à ce jour, l’Ambassadrice a décrit les changements qui sont à portée de main.
“Après une longue grossesse, et plusieurs années de labeur intense, un bébé est enfin né, et celui-ci s’appelle l’Accord Africain de Libre-Échange Continental. Nous devons l’élever attentivement, et l’aider à grandir et mûrir. Les 55 pays africains se sont joints autour de cet accord, qui avait été négocié par l’Union Africaine, à partir de 2013, puis ratifié en mars 2018. Nous pouvons enfin parler d’une seule voix. C’est une décision monumentale que nous avions besoin de prendre depuis plus de 700 ans, depuis l’arrivée des premiers colons en Afrique-afin de prendre sa place légitime sur la scène mondiale. Au début du mois de juillet 2020, l’Afrique va faire son entrée sur le marché mondial en tant que “Afrique” au lieu de 55 pays.”
Dr. Arikana Chihombori-Quao a dit que cela changera les règles du jeu. Cet accord historique permettra aux pays africains de participer et de rivaliser avec des économies régionales importantes- quelque chose que les pays individuels n’avaient pas été capables de gérer seuls, à cause de leurs petits tailles, et de leurs économies assez faibles. L’accord permettra aux travailleurs africains de travailler partout sur le continent; de déplacer des biens à travers les frontières nationales sans délais; de s’ouvrir aux voyages touristiques et d’affaires dans le continent.
“Pour le moment, les pays africains sont des boxeurs amateurs, toujours jetés dans le ring avec des poids lourds. L’Afrique de l’Ouest produit 65% de la récolte de cacao mondiale, par exemple, mais a seulement commencé l’an dernier à produire ses propres barres de chocolat. Les gens parlent avec justesse de la corruption de certains dirigeants africains, mais si nous allons parler de corruption- parlons alors de toute la corruption. Au moins 50 milliards quittent l’Afrique chaque année à cause de la corruption.”
“L’Afrique doit sortir de la voie des perdants. Nous devons nous unir en tant qu’Africains, et amis de l’Afrique, et la comprendre du point de la vérité, pas des mensonges.”
L’ambassadrice a conseillé à la communauté d’affaires africaine de se réveiller avec l’arrivée de l’Accord Africain de Libre-Échange Continental.
“Les Européens sont prêts-les Chinois sont prêts-ceux qui ne sont pas prêts sont les Américains. Où que j’aille, je vois que la communauté d’affaires américaine ne connaît pas cet accord de Libre-Échange Continental.”
Le samedi matin, sur le chemin de l’aéroport de Portland pour prendre son avion pour son retour à Washington, D.C., Dr. Arikana Chihombori-Quao a partagé d’autres pensées. Elle est en train de travailler pour mobiliser la diaspora africaine- dont les Afro-Américains- afin d’aider à construire le pouvoir de l’Afrique. Une base de données sera ouverte en octobre pour les membres de la diaspora africaine pour inscrire leurs noms, et leurs compétences, et l’ambassadrice a conseillé aux communautés de la diaspora africaine de s’organiser en attendant que cette base de données soit lancée. Elle a ajouté que des chapitres de la diaspora africaine se sont créés en Floride, à New York, dans le Minnesota, dans le Texas, et en Caroline du Nord, et elle a parlé de l’importance pour les membres de la diaspora africaine de s’unir et de surmonter ce long héritage d’esclavage et de colonisation.
“Travaillez dur, restez concentrés, et souvenez-vous que l’Afrique est votre maison. Il faut faire la promotion de votre continent par quelque moyen que ce soit, comme d’autres groupes ethniques venant d’autres endroits du monde le font ici aux Etats-Unis.” a-t-elle dit. “De bonnes choses vont venir de l’Afrique.”
Le message d’unité de l’Ambassadrice Arikana Chihombori-Quao a résonné chez Abdullahi Ali, originaire de la Somalie. Il a dit, “ Je crois que la diaspora africaine devrait jouer un rôle dans la formation de l’Afrique unie moderne. La définition de la diaspora africaine par l’Union Africaine est inclusive et encourageante-elle est non seulement représentée par les nouveaux immigrants africains vivant hors du continent, mais aussi toute personne d’ascendance africaine, que ce soit Afro-américaine, noire-Latino, venant des îles Caraïbes, ou des immigrants nés en Afrique. La diaspora peut jouer un rôle dans la démocratisation, l’investissement, l’intégration, et le développement du continent.”
Suite à la visite de l’Ambassadrice, Pious Ali, Conseiller auprès de la ville de Portland, réfléchit au thème de l’unité des communautés. “Au fil des années, il y a eu des hauts et des bas dans les relations entre les Afro-Américains du Maine et les immigrants africains. Mais nous ne sommes pas unis si nous ne rassemblons pas. Nous devons nous soutenir. Et n’oubliez pas que les enfants des immigrants africains qui grandissent dans le Maine aujourd’hui seront vus comme les Afro-Américains de demain.
Les préparations pour célébrer le mois de de l’Héritage Africain pour Septembre 2020 ont déjà commencé. Conseiller Ali imagine des conférences et autres évènements uniques dans toute la ville.