Story & Photos by Eddy-Claude Nininahazwe
Translation from the French by Nathalie Gorey

Il s’agit d’un des effets du réchauffement climatique. Chaque année, le niveau du Lac Tanganyika monte et envahit certains quartiers de Bujumbura. Des milliers de famille sont régulièrement confrontées à ces inondations. Le Lac Tanganyika est le 2ème lac le plus grand par sa surface au monde après le lac Baïkal, situé dans le sud de la Sibérie en Russie. Pendant les grandes saisons de pluie, les eaux du Lac Tanganyika débordent au déla de ses rives jusqu’à déloger les infrastructures riveraines notamment les plages et autres installations de Loisirs, des endroits attractifs de la population. Avite IRANKUNDA, étudiant visiteur de l’une des plages riveraines du Lac Tanganyika indique qu’ avant , il y avait de l’espace pour savourer le bel air de la plage et se détendre mais ces derniers jours avec la montée des eaux du lac Tanganyika, il n’ y en a plus d’espace.

Des mesures draconiennes prises par la mairie
Les autorités de la mairie de Bujumbura ayant constaté déjà la gravité de la montée des eaux du Lac menaçant les infrastructures publiques notamment les routes envahies au près du port de Bujumbura.

Le maire de la ville de Bujumbura a fermé une partie de l’avenue du Large, en y plaçant des barrières. La dégradation de cette route, causée par la montée spectaculaire des eaux du Lac Tanganyika, la rend fragile et dangereuse, a expliqué Jimmy HATUNGIMANA, le Maire de la ville de Bujumbura.
Un peu avant, en février 2021, le Ministère de l’environnement avait tiré la sonnette d’alarme sur la montée des eaux du Lac Tanganyika qui dépassaient déjà la zone tampon dans certains endroits.

Pourquoi une montée spectaculaire ?
Le Ministère ayant la gestion de l’environnement dans ses attributions évoquait un phénomène naturel dû aux vents violents qui poussent les eaux du Lac. Il avait mis en garde les habitants qui construisent anarchiquement des infrastructures sur le littoral du Lac en ne respectant pas le Code de l’eau en vigueur.

Pour l’expert en environnement Albert MBONERANE, il faut que les populations respectent les lois qui font respecter les eaux du lac.

Pour lui le Lac est fâché parce qu’il a été envahit : « Le lac Tanganyika nous parle, il faut l’écouter si nous voulons vivre mieux. Si la santé du Lac souffre, les conséquences s’abattent si nous les populations ».

Cet environnementaliste de renom au Burundi auteur du livre « Conseil du Lac » explique aussi que les principales causes de la montée des eaux du lac Tanganyika sont : les eaux pluviales, la rivière Rukuga (bassin du Congo), seul exutoire du lac qui est presque débordée ne pouvant plus évacuer de grandes quantités de l’eau, la destruction de l’environnement à travers l’activité humaine. A cela s’ajoute des constructions anarchiques à haut risques, insiste Albert MBONERANE.

Géologiquement, selon un expert en environnement comme pour le Lac KIVU ou le Lac MALAWI, le lac TANGANYIKA s’est formé, depuis 25millions d’années, suite à une fracturation créant la faille Est-Africaine ou le RIFT Est-Africain.
Des études ont montré que le Lac TANGANYIKA est un effondrement des à la tectonique des plaques au niveau de la vallée du Grand RIFT, provoqué par mouvement Est-OUEST des plaques tectoniques somalienne, Victoria et Nubienne ;
Institut Géographique du Burundi annonce que la montée des eaux du Lac ressemble à l’année 1964. Le directeur général de l’IGEBU indique que les données pluviométrique sont presque similaires que celles relevées aujourd’hui, précise Augustin NGENZIRABONA, le directeur Général de l’IGEBU.

L’organisation internationale pour les migrations alerte La capitale économique Bujumbura, ses contrées se trouvant sur le littoral du lac Tanganyika et d’autres frontalières avec la République Démocratique du Congo la rivière est la plus menacée. La menace s’aggrave quand les contrées dans lesquelles la Rivière RUSIZI en provenance du Congo pour se déverser dans le lac TANGANYIKA elle aussi ses eaux font une montée spectaculaires. Le quartier de Kibenga dans le sud de Bujumbura est déjà immergé, de différents endroits se trouvant non loin du port de Bujumbura (centre de la capitale), A Kajaga non loin de l’aéroport de Bujumbura en commune de Mutimbuzi dans la province de Bujumbura, frontalière avec la RDC. Des milliers de familles ont été contraintes de quitter leurs maisons inondées. La menace ne fléchit pas car les eaux du lac continue à monter ces mois d’avril et mai bien qu’on s’approche vers la petite saison sèche en temps normal. Certaines familles restent dans leurs maisons inondées partiellement car elles ne trouvent pas des familles d’accueil ou des moyens pour louer des maisons en attendant. La cheffe de Mission de l’Organisation Internationale de la Migration pour le Burundi a déclaré : « Cette situation d’urgence est sans précédent pour le Burundi. Nous devons agir maintenant pour répondre de toute urgence aux besoins les plus élémentaires des personnes les plus vulnérables. Tel qu’un abri sûr, de l’eau potable et une protection». Viraja SOURI l’a déclaré lors de la remise de l’assistance déstinée aux sinistrés victimes de la montée des eaux du Lac Tanganyika dans la commune MUTIMBUZI dans la province de Bujumbura. La cheffe de l’OIM Burundi était accompagnée par la nouvelle ambassadrice des USA au Burundi Mélanie Harris Higgins, c’était le 30 Avril dernier.