Les rues de Lewiston et d’autres localités du Maine sont étrangement calmes, les habitants endeuillés et effrayés restant à l’abri chez eux, presque 48 heures après que 18 personnes ont été tuées dans la deuxième ville du Maine et 13 autres blessées par un tueur de masse qui est toujours en fuite.

La police a émis un ordre de mise à l’abri qui couvre Lewiston, Auburn, Lisbon et Bowdoin. Dans tout l’État, l’ambiance est sombre : les écoles et les entreprises sont fermées, les événements sont annulés, les habitants se terrent chez eux mais se tendent la main pour s’assurer de leur sécurité, présenter leurs condoléances aux familles des victimes et pleurer la perte de la sécurité dont les habitants de l’État jouissaient jusqu’à présent.

Le suspect est Robert Card. Il est âgé de 40 ans et est considéré comme armé et dangereux. Un vaste effort coordonné des forces de l’ordre aux niveaux local, régional et fédéral est en cours. Lors d’une conférence de presse tenue le 27 octobre à 10 heures, les autorités ont décrit cet effort, qui comprend des enquêtes sur les scènes de crime, où les agents examinent chaque centimètre carré pour s’assurer qu’ils ne manquent rien.

Aujourd’hui, des plongeurs seront présents dans l’eau le long de la rivière Androscoggin, autour de la rampe de mise à l’eau et au-delà, à la recherche d’indices et éventuellement d’un corps, au cas où le suspect se serait noyé. Des hélicoptères chercheront des ombres dans l’eau ou d’autres indications sur les endroits spécifiques à fouiller, puis communiqueront avec l’équipe de recherche.

Il est possible que le public aperçoive des hélicoptères et des avions liés aux recherches voler à différents endroits aujourd’hui, ainsi que des officiers poursuivant leurs investigations. Il se peut également que les gens entendent des bruits provenant de systèmes de sonorisation et de porte-voix. Les habitants sont invités à ne pas tirer de conclusions et à attendre les informations des forces de l’ordre sur la chasse à l’homme.

Le public est invité à contacter la ligne téléphonique du FBI pour toute information relative aux événements du 25 octobre.

ligne téléphonique du FBI

Les membres des communautés de Lewiston, Auburn, Lisbon et Bowdoin, ainsi que d’autres régions du Maine, sont sous le choc de la tragédie et du confinement mis en place.

Certains membres de la communauté de Lewiston se sont réunis lors d’un appel groupé le 26 octobre et ont exprimé leur solidarité entre eux et avec les victimes, leur profonde reconnaissance envers les forces de l’ordre et le personnel hospitalier, et surtout leur amour pour leur ville. Ils ont partagé leurs ressources et se sont encouragés à suivre les consignes des forces de l’ordre et à rester à l’intérieur tant que la chasse à l’homme et l’ordre de se mettre à l’abri continueront

Les participants à l’appel ont souligné l’importance de rester en contact avec d’autres personnes par téléphone, afin de s’assurer que les gens disposent de suffisamment de nourriture, de médicaments et d’autres produits de première nécessité – un ordre de mise à l’abri signifie une perte de salaire, et pour ceux qui vivent à la limite de la pauvreté, même un seul jour sans revenu est un coup dur.

Depuis le début de la soirée du 25 octobre, Amjambo s’est entretenu avec des membres de la communauté, y compris des demandeurs d’asile récents, qui lui ont fait part de leur choc en découvrant que l’endroit où ils avaient choisi de vivre parce qu’ils n’avaient pas d’autre choix que de s’y réfugier est le lieu de la fusillade de masse la plus meurtrière aux États-Unis en 2023.

Une personne récemment arrivée du Congo a raconté qu’elle ne pouvait s’empêcher de trembler de peur. Une autre personne s’est inquiétée pour ses enfants, qui sont terrifiés et ne cessent de pleurer. Les experts en santé mentale conseillent vivement aux adultes de rassurer leurs enfants en leur disant qu’ils veillent à leur sécurité et que la police retrouvera Robert Card et le traduira en justice.

Certaines personnes peuvent avoir besoin d’un soutien en matière de santé mentale pendant cette période tragique et sont invitées à demander de l’aide.

Ligne de crise du Maine :

Composez le 711 or 1-888-568-1112

National Alliance on Mental Illness Teen Text Line : Ce service met les jeunes en contact avec d’autres jeunes pour les aider à gérer leurs difficultés, tous les jours de midi à 22 heures. Les adolescents et les jeunes adultes peuvent envoyer un SMS au (207) 515-8398.

Ligne d’urgence sur le suicide et la santé comportementale : Cette ligne est accessible 24 heures sur 24, sept jours sur sept, par des spécialistes formés à la gestion des crises, qui offrent un soutien gratuit et confidentiel à toute personne. Les spécialistes peuvent également répondre par chat à l’adresse 988lifeline.org. Des informations pour les sourds et les malentendants sont disponibles ici.

The FrontLine WarmLine : Ce service offre des services de soutien gratuits pour aider les cliniciens, les éducateurs et les premiers intervenants à gérer le stress lié à la réaction aux catastrophes, de 8 heures à 20 heures, sept jours sur sept. Appeler le 1-800-769-9819.